Il est « nul » en maths…comme moi !

maths

S’il est une discipline scolaire particulièrement problématique aux yeux de certains élèves (qui ne souffrent pourtant d’aucun trouble d’apprentissage), c’est bien les maths. Je ne compte plus le nombre d’enfants rencontrés développant une allergie caractérisée à tout ce qui touche de près ou de loin à la manipulation des nombres…

C’est d’autant plus curieux à constater, que la plupart du temps, tous ces enfants ont su très tôt manipuler des quantités au travers des jeux partagés à la maison ou en maternelle, sans que cela ne leur pose une once de problème.

Seulement voilà : en maternelle, on ne dit pas aux enfants qu’ils sont en train de faire des « maths » ! Ils apprennent la comptine numérique le plus naturellement du monde, ils dénombrent des collections d’objets, les comparent, les ajoutent entre eux…et tout ceci avec le plaisir non dissimulé de la découverte.

Alors, que se passe-t-il par la suite pour qu’ils en viennent à appréhender cette discipline ?

A mon avis, la rupture s’effectue à l’école élémentaire (et cela ne fait que s’accentuer au collège) lorsque le mot terrible est lâché : on ne joue plus à compter, on fait des « maths »… Et qu’on le veuille ou non, ce terme comporte à lui tout seul une connotation terrible pour des parents confrontés eux-mêmes, à l’âge de leurs enfants, à la souffrance encore vivace de s’être senti impuissants à comprendre numération, techniques de calcul, résolution de problèmes, pourcentages, fractions et autres « joyeusetés ».

En tant que parents, nous avons tous cette « fâcheuse » tendance à vouloir nous retrouver un peu dans les comportements de nos enfants, dans leurs façons d’être, de faire, (ça, c’est notre côté très narcissique…) et cela induit bien souvent (et a fortiori avec les maths) à lâcher un jour malgré nous une phrase à l’apparence anodine :

« De toute façon, il est nul en maths…comme moi. »

Cela vous dit quelque chose, n’est-ce pas ? Et si ce n’est pas de maths dont il s’agit, chacun peut remplacer ce terme par une discipline de son choix : orthographe, conjugaison, grammaire, histoire… (rayer les mentions inutiles…)

Ce dont nous n’avons pas toujours conscience, c’est que cette simple phrase assénée de façon péremptoire à nos enfants, peut très bien devenir terriblement limitante pour eux.

L’effet pygmalion, vous connaissez ?

C’est le fait d’obtenir des autres ce que l’on attend d’eux, c’est-à-dire l’influence que nous pouvons avoir en tant que mentor sur une personne, à partir de ce que l’on suppose de ses talents…

Concrètement, comment est-ce que cela se traduit sur nos enfants ? Et bien si en tant que parents on croit en leurs talents, ils ont une probabilité de réussite beaucoup plus importante que si on les persuade qu’ils n’en ont pas (parce qu’ils nous ressemblent et que nous, on le sait bien, on n’a pas de talent).

Et effectivement, comment un enfant peut-il croire qu’il peut devenir un as des maths, lorsque papa ou maman lui répète à l’envie qu’il est en échec parce que dans la famille, de toute façon, on n’a pas la bosse des maths ? (Au demeurant, je cherche encore ce que veut vraiment signifier cette expression, car même sur la tête des plus grands mathématiciens, je n’ai jamais vu de bosse… mais bon, là je m’éloigne du sujet…)

Alors cessons immédiatement de transposer systématiquement sur nos enfants nos propres croyances limitantes afin qu’ils aient la capacité de révéler leur pleine potentialité… D’ailleurs, j’invite chaque parent persuadé d’être « nul » en maths, à reconsidérer son point de vue en faisant l’effort d’accompagner son loulou dans ses apprentissages. Tout le monde est gagnant car on apprend à tout âge : ce sont les neurosciences qui le disent…

Alors, vous commencez quand ? 😉

2 commentaires

  1. Bonjour. Voici une référence en lien avec votre texte:
    Mindset, the new psychology of success, Carol S. Dweck.
    La thèse est que l’intelligence n’est pas une donnée qui est fixe mais évolutive avec la pratique, effort et méthode.
    du Québec
    Benoit

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *